PAANTEON, LE RÉSEAU SOCIAL POUR CRÉER SON « MUSÉE INTÉRIEUR »

Et si chacun de nous créait son panthéon personnel ? C’est le concept que propose Paanteon, un réseau social du « troisième type », qui propose une expérience originale entre connaissance de soi et partage.

Pourquoi ne pas faire son panthéon personnel ? C’est le concept sur lequel s’appuie le tout nouveau réseau social inspirationnel, Paanteon, créé par la start-up lyonnaise Love Unlimited. Avec une proposition simple à la clé :  offrir à chacun un espace virtuel pour y créer son univers d’inspirations positives, avec la possibilité ensuite de se lier avec ceux qui partagent les mêmes inspirations et influences majeures au sein de « tribus » numériques.

Paanteon propose bien entendu une galerie dédiée aux personnalités vivantes ou historiques mais pas seulement. Il élargit le champ de cette iconologie aux beautés du monde (avec une galerie Planète), aux œuvres et aux créations artistiques (galerie Culture), ainsi qu’aux bienfaits du quotidien (galerie Lifestyle). Si chacun est libre de remplir ce « musée intérieur » à sa guise, cela requiert néanmoins un minimum de réflexion car c’est un choix forcément sélectif. 

Vive les… inspirateurs !

Une fois construit ce panthéon personnel, on peut découvrir au sein de son réseau d’amis ce qui les inspire, c’est une façon de découvrir chez eux des trésors insoupçonnés. Et l’on peut se lier plus largement avec ceux tous ceux qui partagent les mêmes passions au sein de « tribus » affinitaires numériques fondées sur de mêmes passions.

Bref, Paanteon se veut un réseau pour inspirer les autres et se laisser inspirer par eux. Fini les influenceurs, vive les… inspirateurs !

En choisissant de prendre l’inspiration comme nouvel objet relationnel en lieu et place de la mise en scène de soi qui conduit à l’explosion débridée d’un narcissisme souvent malsain, Paanteon se concentre sur l’intériorité et offre une nouvelle manière de se définir et de se raconter aux yeux des autres. Ce n’est plus « Regardez-moi » mais « Regardez-moi à travers ça ».

Pour se démarquer, le réseau a d’ailleurs soigné sa sémantique. Sur Paanteon, on ne “like” pas, on “grave”. Pas de pouce levé ou baissé, ce n’est pas un site de notation. Ce que l’on mettra dans sa page « Mon Paanteon », ce sont donc forcément des êtres, des choses, des lieux, des œuvres, avec lesquels on entretient une relation forte et passionnelle d’admiration, voire… d’amour inconditionnel. 

Sur Paanteon, on ne « like » pas, on “grave” !

En s’intéressant à l’imaginaire intérieur, Paanteon offrira une alternative rafraichissante qui séduira tous ceux agacés par l’exhibitionnisme permanent et souvent superficiel, pour ne pas dire parfois totalement crétin, que l’on peut constater sur les réseaux actuels, sans parler de tous ceux qui les ont quittés, lassés par leurs dérives toxiques et la capture disproportionnée de leurs données personnelles. 

Une expérience ludique et gratifiante 

Construire son panthéon demande de prendre le temps de penser à ce qui est vraiment important pour soi, de faire le tri entre l’essentiel et le futile. Nous l’avons testé et c’est à la fois une expérience ludique et gratifiante que de voir son panthéon personnel se construire. Car in fine on s’aperçoit que ces multiples inspirations qui comptent pour nous sont aussi celles qui nous définissent et rendent chacun de nous unique. C’est donc une démarche d’introspection salutaire qui rappelle l’injonction socratique « Connais-toi toi-même ». En regardant son panthéon personnel, on se dit : « C’est moi ! ». Les premiers utilisateurs ont témoigné combien c’était pour eux une expérience à la fois émotionnellement et intellectuellement positive.

Retrouver l’esprit de communautés bienveillantes

A côté des réseaux de l’instantané et du quotidien (Twitter, Facebook) et des liens professionnels (LinkedIn), Paanteon fait donc le pari de s’inscrire dans la tendance du « slow web », c’est-à-dire d’une démarche plus qualitative à l’image de la « slow food », celle d’un web plus lent, réflexif et nutritif.

Paanteon dit donc vouloir s’adresser à des personnes inspirées, curieuses, en quête de sens, bref, un public davantage en quête de profondeur et d’authenticité que celui accro aux réseaux actuels.

Pour retrouver l’esprit de communautés bienveillantes et d’échanges civilisés, le réseau a décidé de proscrire l’anonymat. Autre différence notable, Paanteon s’engage sur le respect de la vie privée : pas de cookies publicitaires, pas de capture des données personnelles ni de traçage des membres sur ou en dehors de la plateforme. L’analyse de la fréquentation sur le site se fait de façon globale et anonymisée.

Pour l’instant, l’interface, dont il faut souligner le design élégant, est optimisée pour un desktop. Une appli mobile est en préparation pour 2022.

C’est donc une véritable innovation d’usage que propose Paanteon dans le paysage du web social et il sera intéressant de suivre son évolution. S’il devait rencontrer le succès, cela montrerait qu’il y a la place pour de nouveaux réseaux sociaux innovants et susceptibles d’offrir un usage plus apaisé du web social.

D’ailleurs, c’est bien la promesse de ce nouveau réseau, selon Francis Temman, CEO et fondateur de Love Unlimited : « Paanteon veut être un espace numérique préservé et positif, un peu à la manière d’un jardin zen où l’on viendrait se ressourcer et reprendre une… inspiration ! »